Biographie – Dennis Brown du Wonder Boy au Prince du Reggae

Écrit par sur 25 octobre 2021

Dennis Brown
La biographie.
The Crowned Prince Of Reggae

Dennis Brown Young

Dennis Emmanuel Brown est né le 1er février 1957 à l’hôpital Jubilee de Kingston, a grandi sur Orange Street, cœur de l’histoire de la musique jamaïcaine. Le père de Dennis, Arthur Brown, est scénariste et acteur de théâtre et de télévision. Son frère Basil Brown incarne le personnage de « Man Man » sur la série radio très populaire « Life in the Hopeful Village ».

Dennis Brown
les débuts

Dennis a commencé à chanter à l’âge de cinq ans et a fréquenté l’Alpha Boys School de Kingston. En 1966, alors qu’il n’avait que neuf ans, il a donné son premier concert à la Woolmers Girls’ School. mettant en vedette Cynthia Richards, Scotty et Noel Brown.1Byron Lee l’a repéré lors du « West Kingston Charity Ball » au Kingston’s National Arena et l’a emmené en tournée à travers l’île avec ses Dragonaires. Young Dennis apparaît également dans l’acte d’ouverture de Miriam Makeba et Adam Wade. Grâce à Byron Lee, il rencontre Derrick Harriott pour qui il enregistre une de ses compositions, Lips of Wine. Le producteur ne sort pas tout immédiatement après le single, Dennis s’impatiente et obtient une audition au Studio One pour Clement « Sir Coxsone » Dodd en 19694. Studio One était alors le lieu le plus important de la production musicale jamaïcaine. En deux jours Dennis en enregistre une trentaine. Son premier single, une reprise de Van Dykes intitulé No Man Is An Island sort à la fin de l’année et suscite peu d’intérêt pendant plusieurs mois, mais devient progressivement un énorme succès.Dans la foulée de ce succès, Coxsone a produit plusieurs singles de la même session en 1970, tels que Never Fall In Love, Love Grows et Your Love is Amazing, puis a compilé les chansons que Dennis a enregistrées pour lui sur deux LP : No Man Is An Island et I Follow My Heart.

Dennis Brown Young
Dennis Brown Young

Dennis Brown
The Wonder Boy

En 1971 Dennis Brown quitte Studio One et rencontre le succès avec le titre Baby don’t do it, produit par Lloyd the Matador. A quatorze ans, il est surnommé «  Wonder Boy « . Pendant deux ans, il collabore avec les meilleurs producteurs de l’île, tels que comme Alvin Ranglin, Joe Gibbs, Lloyd Daley, Vincent « Randy » Chin et son fils Clive, Dennis Alcapone, Bunny Lee, Herman ChinLoy et Munchie Jackson. Parallèlement à sa carrière solo, il continue de chanter dans les Fabulous Falcons, mais aussi avec le groupe The Soul Syndicate. En 1972 sort le single If I had the World, produit par Prince Buster.

La même année, il reprend Black Magic Woman de Fleetwood Mac pour Phil Pratt, qui produit également Let Love In et What About The Half. En juin, il a joué au Kingston’s National Arena avec Junior Walker and the All Stars et Nina Simone. En septembre, il a placé cinq singles dans le palmarès jamaïcain, dont deux dans le « top dix » (un est à la première place). Cette année là, il remporte trois prix pour le chanteur le plus prometteur de l’île.En fin d’année, il retourne travailler avec Derrick Harriott, qui produit son album Super Reggae & Soul Hits, qui combine chansons originales et reprises.L’album est un énorme succès sur l’île. En 1973, il co-produit un album avec Sydney Crooks intitulé Superstar et rejoint la communauté rastafari des Twelve Tribes of Israel.6 En 1974, il enregistre pour Joe Gibbs et Winston. «  Niney The Observe » Holness, part ensuite en Angleterre pour participer au prestigieux Jamaican Showcase National Tour avec les Maytals, Dennis Alcapone, Cynthia Richards et Skin, Flesh and Bones. L’accueil du public est si bon qu’il décide d’enchaîner sur une tournée anglaise de trois mois accompagné du groupe londonien The Cimarons, tandis qu’en Jamaïque ils sortent les albums Just Dennis (dans lequel il affirme sa toute nouvelle foi Rasta), produit de Niney, et The Best Of Dennis Brown, produit par Gibbs, qui revient en Jamaïque à l’été 1975 et reprend la collaboration avec Niney, qui produit l’année suivante l’album Deep Down et sa version dub, Sledgehammer Dub In The Streets Of Jamaïque, tandis que le single Have No Fear est un énorme succès populaire.

dennis brown reggae soul and hits

Dennis Brown
Le succès international

dennis brown and freddie mc greggor

En 1977, deux albums sortent, qui deviendront les disques les plus célèbres de Dennis Brown. Le premier, Visions of Dennis Brown, est sorti en février sur le label britannique de Joe Gibbs, bien qu’il ne soit disponible à l’importation que depuis plus d’une décennie. un an, donc plus cher que le prix standard, l’album resta vingt mois dans les charts reggae Wolf and Leopards, qui inaugura en mai 1977 le propre label de Dennis Brown, DEB (ses initiales), dont il est venu créer, réaffirme presque le exploit de son prédécesseur restant près d’un an dans les charts britanniques du reggae.Les Jamaïcains, déçus par l’exil de Bob Marley à Londres et ses albums qui sonnent trop « rock » pour eux, donnent au jeune Dennis Brown seulement vingt ans et déjà neuf albums) le titre de « Prince Héritier du Reggae ». Devenez le chouchou de l’île. Même le roi du reggae le mentionne comme son chanteur préféré. producteur grâce à son label DEB, Dennis Brown fait profiter ses amis de sa notoriété. comme Al Campbell, Gregory Isaacs et Junior Delgado.

En 1978, il enregistre pour Joe Gibbs une nouvelle version de sa chanson de 1972 Money In My Pocket, qui sort en Angleterre pour le carnaval de Notting Hill et obtient un immense et immédiat succès, se hissant à la quatorzième place des charts britanniques en mars 19798. Pour le chanteur, ce tube était la percée qu’il attendait pour atteindre Bob Marley à l’international. Pour profiter de ce succès, il s’installe à Londres9, sort sa première compilation (Westbound Train) et réédite cette année Deep Follow Under sous le nom de So Long Rastafari , il enregistre également les albums Words Of Wisdom (Joe Gibbs) et Joseph’s Coat Of Many Colors (DEB), qui n’ont pas le succès escompté.De même, l’année suivante, Spellbound ne se vend pas assez ; en fait, Money In My Pocket était plutôt l’apogée de sa carrière et le point de départ d’un long déclin.

dennis brown money in my pocket

Dennis Brown
Les années 80 et 90

Dennis Brown signe avec AandM Records, s’installe à Londres et fonde un nouveau label, Yvonne’s Special (du nom de sa femme). Son contrat avec AandM conduit à trois albums internationaux qui flirtent avec la pop et inquiètent son public (Foul Play, Love Has Found Its Way et The Prophet Rides Again) La musique jamaïcaine a changé et il semble que le chanteur ait du mal à trouver sa place, pourtant ses albums autoproduits (More and his dcomix Stagecoach Showcase, Yesterday, Today and Tomorrow, Satisfaction Feeling, Wake Up et in notamment Revolution), sorti uniquement en Jamaïque, est resté à un niveau honorable, grâce aux rythmes numériques composés par Sly et Robbie. 

En 1985, il arrête l’autoproduction et fait appel aux producteurs Prince Jammy (History et Slow Down), Sly et Robbie (Brown Sugar) puis Delroy Wright (Hold Tight). Peu convaincu, le public affirme qu’il se serait plongé dans la drogue. Quelques années plus tard, c’est aussi sa foi rastafari qui sera remise en cause (ils commenceront à porter des boucles d’oreilles).En 1991, il crée la surprise avec un album qui se démarque : Victory Is Mine, produit par Leggo Beast. Tout au long des années 90, il enregistre un ou deux albums par an, ne retrouvant plus jamais le niveau et le succès des années 70.Il se produit régulièrement sur scène au Sunsplash Reggae Festival à Montego Bay. 

En mai 1999, alors qu’il était en tournée avec Gregory Isaacs, Max Romeo et Lloyd Parks, il a été arrêté au Brésil pour possession de drogue. Il est tombé malade et a souffert de problèmes respiratoires. Le 30 juin, il a été transporté d’urgence à l’hôpital universitaire de Kingston avec un arrêt cardiaque. Il est décédé le lendemain d’un collapsus pulmonaire.

web radio sonorisation eskifaia concerts et sortir reggae concerts soirée pays basque bayonne reggae sound system roots evenements pays basque landes et bearn concerts reggae sortir a bayonne

REGGAE WEB RADIO

Émissions live avec Puppa Slengy, Selecta Chico D, Selectress Tyff Aya et Samb#d pour notre section D'n'B. Consutez le programme des lives. Du rock steady au dancehall, toutes les musique du sound system sont à l'honneur sur notre web radio !
tee shirts t shirt tee_shirts puppa slengy radio web reggae eskifaia soiree concert pays basque bayonne dancehall du reggaeroots roots

REGGAE TEE SHIRTS SHOP

Tee Shirts femme, homme, enfant. Des casquettes, des badges. Pour toutes celles et ceux qui aiment afficher leur amour pour notre musique légendaire.
Reggae Life Style

Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


[Il n'y a pas de stations de radio dans la base de données]
je m'inscrit sur Eskifaia    OK No thanks